L'actualité

Lascaux IV, un écrin moderne pour la Chapelle Sixtine de la Préhistoire

Le Centre International de l'Art Pariétal ou Lascaux IV a ouvert mi-décembre à Montignac, près de la célèbre grotte, dans le Périgord Noir. La scénographie moderne fait la part belle aux nouvelles technologies et apporte un nouvel éclairage aux visiteurs.
...

Pyreneo : la traversée des Pyrénées en 60 étapes

Partagez sur FacebookImprimez cet article

Reportage de voyage

Pyrénées Atlantiques, rando du Pays basque au Béarn

De l'Atlantique à la Méditerranée, le GR 10 longe la chaîne des Pyrénées. Le premier tronçon mène de l'océan aux vallées pyrénéennes à travers des villages pittoresques et des paysages enchanteurs

Saint-Jean Pied de Port

On peut démarrer sa randonnée dès le début du GR 10 à Hendaye, au bord de l'Atlantique. La nôtre commence un peu plus loin dans les terres, à Saint-Jean pied de Port (300 m), l'une des plus jolies villes du Pays Basque. La capitale de la Basse-Navare reste en outre une halte mythique sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle.

Jour 1 (5 h de marche). Nous mettons le cap à l'est dès la sortie de Saint-Jean-Pied de Port. A peine avons-nous franchi la muraille de la belle cité médiéval, et aperçu au loin quelques vignes d'Irouléguy, que nous plongeons dans un paysage vallonné et verdoyant. Les premiers sons des cloches des vaches résonnent le long de chemins bordées de fougères.

Après avoir profité d'une belle vue sur la vallée de la Nive depuis le col d'Handiague (587 m), nous descendons jusqu'au gîte de Kaskoleta à Phagalcette (600m), sur les montagnes d'Esterençuby.

Jour 2 (7h30) : Le temps s'est sérieusement gâté. Avec les entrées maritimes, pas de doute, le Pays Basque est une région bien arrosée ! Nous franchissons des vallées encaissées et les cols de Ithuramburu (820 m) et Irau (1008 m), passons devant des cromlech - monument mégalithique préhistorique - avant de déjeuner au sommet du mont Okabé (1450 m), un ensemble de rochers dominant une vaste prairie, d'où l'on profite d'un magnifique panorama à 360 degrés.

En redescendant, nous traversons la hêtraie d'Iraty. Massif de feuillus parmi les plus vastes d'Europe, il a fourni dès le XVIIIème siècle des mâts de navire aux marines de France et d'Espagne. Un cheval surgit soudain du brouillard telle la monture d'un chevalier de la Table Ronde sortant de la forêt de Brocéliande....La magie au coin du bois ! Après le chalet Pedro (990 m), nous remontons jusqu'au Col de Bagarguiak (1300 m) et passons la nuit dans les Chalets d'Iraty.

Jour 3 (7 heures) - La météo capricieuse rend délicate le passage des crêtes et des cols, au point d'étudier l'autre option, le passage par le village de Larrau dans la vallée. Les cloches des brebis résonnent malgré les sons étouffés par le brouillard. Dommage pour la vue en revanche, pourtant magnifique parait-il depuis le Pic des Escaliers (1472 m). Le soir, nous dormons dans le gîte d'étape de Logibar, le mieux placé sur le GR 10 (il faudrait à défaut remonter vers Larrau).

Passerelle d'Holzarte

Jour 4 (8h30) : Le lendemain matin, en empruntant le nouvel itinéraire du GR 10 depuis le gîte de Logibar, nous passons par la passerelle d'Holzarte récemment rénovée, impressionnant pont suspendu 140 mètres au-dessus du vide. Nous franchissons le sommet du Sarimendi et déjeunons au col de Kurutche (1383 m) en compagnie des chevaux et des vautours rasant la crête pour passer d'une vallée à l'autre.

Du pont d'Enfer (450 m), il faut ensuite parcourir trois kilomètres par la route pour rejoindre Sainte-Engrâce. Cette route longe un moment les belles gorges de Kakouetta, canyon aujourd'hui aménagé menant à une grotte et une cascade d'une vingtaine de mètres.

Village de Sainte-Engrâce

Sainte-Engrâce, le plus oriental des villages basques, est un joli petit bourg isolé au creux d'un cirque, à deux pas de la frontière espagnole. En face de l'église romane du XIème siècle, un petit bijou d'architecture, Madeleine fait tourner rondement le gîte de la Maison Burguburu ; son mari Ambroise témoigne au bar du café du sens du mot accueil, vous offrant sans coup férir un verre de Patxaran, la liqueur des Basques réalisée avec de la prunelle sauvage.

Jour 5 (5 heures). De Sainte-Engrâce, après une longue montée (1200m) suivie d'une courte descente (45 minutes), nous arrivons au refuge Jeandel, sur les hauteurs de la station Arette La Pierre Saint-Martin (1670m). Dommage pour la vue, de vilaines barres au premier plan cachent d'agréables chalets disséminés dans un paysage de lapiaz et de dolines.

Lescun

Jour 6 (5 heures). A peine avons-nous quitté Arête La Pierre Saint-Martin que nous entrons dans le plus haut massif calcaire (lapiaz) d'Europe. On pourrait se croire dans le Vercors. Le terrain humide ce jour-là est glissant et nécessite alors une prudence soutenue.

Nous montons le plateau de Pescamou et franchisons le pas de l'Osque (1 900 m) avant de redescendre vers le cirque glaciaire de Lescun, en vallée de l'Aspe. Chevaux de race bretonne, vaches "abondance" et brebis béarnaises, à l'estive, croisent les randonneurs sur les chemins pentus. Les premiers paysages du Béarn sont de toute beauté. Plus loin dans une forêt, les racines torturées et noueuses des hêtres ancestraux épousent les roches dans une étreinte fusionnelle.

Le charmant village de Lescun (900 m) connaît un succès touristique grandissant. Une halte d'autant plus appréciée qu'il existe alentours une multitude de balades à faire.

Jour 7 (6 h) : Une étape de transition, agréable à défaut d'être inoubliable : nous traversons le col de Barrancq (1601m) et une succession de villages de piémont, pour rejoindre notre étape du soir, le petit bourg d'Etsaut (597m), aux portes du parc national des Pyrénées.

Jour 8 (6 h dont 5h30 de montée !): A deux pas du fort de Portalet démarre le chemin de la Mature, lequel longe les gorges d'Enfer sur un bon kilomètre. Ce passage fut taillé dans le roc par les forçats pour l'exploitation du bois destiné à la marine royale sous Colbert.

La corniche creusée à flanc de falaise, quoique facile, invite à la prudence surtout par temps de pluie. On traverse ensuite de belles allées ombragés par des noisetiers et des parterres de buis. Après la cabane de Saint-Cours (1560 m) on entre dans le parc national des Pyrénées.

Ayous

Une vue superbe s'offre bientôt à vous du col d'Ayous (2200m), d'où l'on passe de la vallée d'Aspe à la vallée d'Ossau. Au premier plan se succèdent les lacs d'Ayous surplombés par le pic du Midi d'Ossau (2884m). La descente vers le refuge d'Ayous (1980 m) est un bonheur. Les Iris des Pyrénées sont en fleur. Le soir, le reflet du pic dans le lac Gentau est un spectacle inoubliable.

Jour 9 (7 h): D'Ayous, nous rejoignons la HRP (Haute Route des Pyrénées) et passons par le col de Peyreget (2208 m) pour nous rendre au refuge de Pombie, au pied de la face sud-est du Pic du Midi d'Ossau. Les observateurs avertis surprennent marmottes et isards. Aigles et vautours tournoient dans le ciel. La fin de la rando est une descente à travers prairies et forêts. Un lent retour vers la civilisation.

© oopartir.com - 2010 - Texte et photos Vincent de Monicault


De Hendaye à Saint-Jean-Pied-de-Port

Ceux qui empruntent le GR 10 depuis Hendaye peuvent prévoir une première étape à Olhette - après être passé par le col d'Ibardin ; l'étape suivante les mène jusqu'au petit village typiquement basque d'Ainhoa en passant par celui de Sare ; cap le jour suivant sur le village de Bidarray (150 m) ; l'avant dernière étape avant Saint-Jean-Pied de Port les conduit au joli petit village de Saint-Etienne de Baïgorrry en passant par les crêtes d'Iparla et le col d'Ispéguy.

Gîte de Kaskoleta

Comment s'y rendre
Pour ceux qui viennent de Paris, un train de nuit relie la gare d'Austerlitz à Bayonne. De là, compter ensuite une heure en train régional pour se rendre jusqu'à Saint-Jean pied de Port.


Où dormir
. Le gîte de Kaskoleta, modeste et familial, offre un excellent accueil (http://kaskoleta.free.fr)
. Les Chalets d'Iraty ; gîte correct mais sans charme (www.chalets-pays-basque.com)
. Le gite de Logibar, presque incontournable vu sa position, dommage l'ambiance y est plombé et l'accueil assez mauvais.
. Le gîte de la Maison Burguburu à Sainte-Engrâce, bon accueil (www.gites-burguburu.com)
. Jeandel, agréable châlet situé dans la station d'Arête la Pierre Saint-Martin ; bon accueil (www.refuge-jeandel.com)
. La Maison de la Montagne à Lescun, une adresse coup de cœur ; excellent accueil et bon confort dans une agréable maison en plein centre du village (http://montagne.randonnee.chez-alice.fr)

A emporter
. Topoguides Pyrénées Occidentales (FFRandonnée)
. Cartes IGN 1346ET, 1446ET et 1547OT

Bon à savoir
Niveau moyen mais bonne forme physique

Quand et où partir

Sélectionnez un mois (+ continent et thématique en option).

Notre classement des destinations en fonction des périodes les plus favorables.

  • Retrouvez-nous sur mobile
    et tablette

youtube

Infos pratiques
Reportages
Thématiques
 
Bon à savoir
Dossiers