Agenda

G20, coup de projecteur sur la Basse-Californie

Le sommet des chefs d’Etat se déroule à Cabo San Lucas, une région touristique du Mexique encore peu connue des Français…...

Teotihuacan à Paris

Le quai Branly accueille jusqu'à fin janvier une superbe exposition sur l'ancienne cité de Teotihuacan...

La semaine de la Guadalupe en décembre

Partagez sur FacebookImprimez cet article

Reportage de voyage

Mexique: sous le soleil des Mayas

Le Yucatan valorise un patrimoine exceptionnel, des sites archéologiques superbes de Tulum à Chichen Itza, des villes coloniales séduisantes telles Merida ou Izamal, et des plages de sable blond.

Playa del Carmen

A l'extrême ouest du Mexique, non loin des côtes cubaines, la péninsule du Yucatan est devenue synonyme en quelques années de nouvel eldorado touristique.

De Cancun à Tulum, le long des 120 kilomètres de côtes de la Riviera Maya, s'étirent de superbes plages de sable blond bordées par une mer cristalline.

De l'aéroport de Cancun, il faut moins d'une heure de route pour rejoindre Playa del Carmen. L'ancien petit port de pêche s'est transformé en station balnéaire. Sa taille humaine en fait néanmoins une halte agréable.

Une vaste artère piétonne longe la plage, la Quinta Avenida. Entre les posadas (les petits hôtels) et les restaurants, les boutiques de fringues et celles d'artisanat, une foule bigarrée s'y rassemble en fin d'après-midi.

Des plages bordées par une mer turquoise

Le soir, les terrasses des restaurants ne désemplissent pas. Des orchestres de mariachis en costumes de charros, le sombrero sur la tête, y interprètent des chansons tour à tour langoureuses et joyeuses.

Plus tard le soir au Frida Bar, on trinque à la santé du Mexique, un cocktail de tequila ou un verre de mezcal à la main…

Des pélicans planent nonchalamment au dessus de la plage de "Playa", d'où se dessine au large la crête des grands hôtels de Cozumel. On y devine aussi les formes des paquebots de croisières amarrés sur les pontons de l'île le temps de courtes escales.

Des sites de plongée abondants

Un catamaran géant quitte régulièrement l'embarcadère de Playa – situé en plein centre-ville – à destination du célèbre bastion étasunien.

Les plongeurs et les surfeurs se rendent aussi sur l'île, les premiers afin d'y admirer ses récifs parmi les plus beaux au monde, les seconds pour profiter des belles vagues de sa côte Est.

Les Français lui préfèrent toutefois Isla Mujeres (l'île aux femmes) et sa côte sud sauvage. On est alors bien loin de sa voisine froide et anonyme, la bien peu mexicaine Cancun.

C'est là que les gringos - le surnom des Américains – se rassemblent, dans des complexes touristiques géants et des centres commerciaux bruyants dont l'atout principal réside dans leur proximité avec une mer d'émeraude ourlée par une superbe bande de sable blanc. L'implantation d'un Disneyland est même prévue…

Tulum

Playa del Carmen est une excellente base pour ceux qui souhaitent rayonner dans le Yucatan. A une heure de route, Tulum est surtout connu pour sa forteresse maya construite en bord de mer.

Le site est tout simplement splendide, avec son Castillo et son temple du dieu du Vent posés sur une falaise dominant des petites criques et une mer d'un beau turquoise.

De Playa à Tulum se succèdent aussi de vastes complexes touristiques nichés depuis peu dans de superbes sites naturels, tels la belle plage de Puerto Aventuras, la crique du parc Xcaret ou la lagune de Xel-Ha.

Chichen Itza

Ceux qui souhaitent éviter la foule et des prix prohibitifs peuvent opter pour la Caleta Yal-Ku, tout près d'Akumal: les amateurs de snorkelling (plongée avec masque, tuba et palmes) y goûtent les joies de la baignade - plutôt le matin quand l'eau est vraiment claire et les visiteurs encore rares – dans un aquarium naturel où zigzaguent des petits bancs de poissons multicolores.

Egalement incontournable, la cité maya-toltèque de Chichèn Itzà n'est située qu'à trois heures de route de Playa del Carmen. En entrant sur le terre plein central, on est d'abord frappé par la beauté de la grande pyramide Kukulkàn.

C'est au sommet du Castillo – son surnom – que l'on prend conscience de la dimension du site: Chichèn Itzà est si vaste qu'il mérite au moins trois heures de visite.

Merida

L'idéal est d'arriver tôt le matin. Dès dix heures, des groupes entiers de touristes partent à l'assaut des flancs du Castillo.

Une foule se presse bientôt sur tous les monuments du site, du jeu de pelote au temple aux Mille colonnes, en passant par l'observatoire et les deux cenotes, de vastes puits naturels où les mayas accomplirent des sacrifices humains.

La péninsule abrite aussi de belles villes coloniales, comme Valladolid et Campeche. Mérida constitue une ville étape agréable à deux heures de route de Chichèn Itzà.

Izamal

La capitale du Yucatan s'articule autour d'une vaste place centrale – la plaza grande –ceinturée par la cathédrale, des arcades et de belles bâtisses baroques, rococo et néo-classiques.

Cireurs de chaussures, vendeurs de ballons et de barbes à papa animent et colorent le zocalo de celle qu'on surnomme aussi la Ciudad blanca.

Vous pouvez prévoir une petite excursion à Izamal, la Ciudad amarilla (la cité jaune). L'ocre saillant du superbe monastère franciscain Saint-Antoine de Padoue illumine cette charmante petite ville coloniale située à deux heures de route de Mérida. Des calèches y promènent leurs passagers dans les rues étroites, entre les maisons sagement alignées, toutes peintes en jaune.

Uxmal

Uxmal, également situé à deux heures de route de Mérida, est le plus connu des sites mayas de la région.

Moins impressionnant mais plus pittoresque que Chichèn Itzà, l'ensemble témoigne d'une architecture singulière, le style Puuc.

En raison du relief, les points de vue se succèdent et dévoilent l'harmonie du site. Les bas-reliefs et les corniches des palais révèlent le visage au long nez de Chac, le dieu de la pluie. Des iguanes se chauffent dans les interstices des murs sculptés telles des dentelles de pierres.

Ceux qui sont conquis par la beauté extrême des sites maya poursuivent leurs routes vers l'Ouest, histoire de compléter leurs voyages par la visite de deux sites flamboyants, Palenque dans le Chiapas voisin et Tikal de l'autre côté de la frontière mexico-guatémaltèque. Avec dans les deux cas la jungle en prime.

© oopartir 2015 ; Texte : Vincent de Monicault ; photos VDM et Mexico Tourism Board


Coba

Les conseils de la rédaction
Les vols directs Paris-Cancun affrétés auprès de XL Airways et Corsair permettent de proposer une offre balnéaire très conséquente en hiver, et ce à des prix compétitifs par rapport à la République dominicaine, soit des hôtels 4 étoiles pour moins de 1.000 euros (vol compris) par personne la semaine en all inclusive. L'offre Circuit des voyagistes marche également très bien – parmi celle-ci on peut citer les circuits combinés Mexique-Guatemala et les autotours.


Plongée dans un cenote

Quand partir, quel budget?
Le Mexique se visite de préférence pendant notre hiver et notre printemps. En été, la chaleur est souvent étouffante et les pluies fréquentes l'après-midi. Côté budget, si on le compare aux autres destinations hispanophones de la région, le Mexique en individuel est assez cher. Les prix ont augmenté fortement ces dernières années. Cette hausse est toutefois légèrement atténuée par l'actuelle baisse du dollar. Les formules balnéaires "all inclusive" couplées avec une offre aérienne charter sont pour leur part proposées à des prix attractifs.

On aime
La population mexicaine est le plus souvent accueillante et chaleureuse, voire parfois même stoïque dans certains endroits au regard de la foule des touristes.

Pyramide de Becan

On aime moins
De Cancun à Tulum, à l'exception de quelques rares sanctuaires (Puerto Morelos, Tankah, Paamul), des resorts et complexes de loisirs dénaturent tous les plus beaux sites de la côte. On notera aussi que l'industrie locale s'est adaptée à la demande des touristes américains (l'écrasante majorité des visiteurs), lesquels recherchent une offre ultra-standardisée et à un environnement dénué d'authenticité.

Le transport sur place
Les locations de voiture sont assez chères sur place et il est largement recommandé de le faire depuis la France. Moindre fatigue, bons niveaux de conforts, réseau très dense et prix assez raisonnables: le bus est largement conseillé pour circuler au Yucatan. Le voyagiste Nouvelles Frontières a l'exclusivité de la revente en France du "Bus Pass".


Quand et où partir

Sélectionnez un mois (+ continent et thématique en option).

Notre classement des destinations en fonction des périodes les plus favorables.

  • Retrouvez-nous sur mobile
    et tablette

youtube

Infos pratiques
Reportages
Thématiques
 
Bon à savoir
Dossiers