Actualité

Fin de conflit : le tourisme srilankais respire

Le mouvement rebelle des Tigres tamouls (LTTE) aura lutté pendant 37 ans pour obtenir l'indépendance des provinces à population majoritairement tamoule du nord et de l'est du Sri Lanka. Sans y parvenir. Dans ce pays peuplé en majorité de Cinghalais, les Tamouls constituent une minorité (19% de la population).

Le conflit a fait plus de 70 000 morts. Le mouvement des Tigres tamouls aura été interdit en 1998 après qu'il eut revendiqué un attentat contre le Temple de la Dent de Bouddha à Kandy. A de rares exceptions près, les lieux touristiques, situés dans l'ouest, le sud et le centre du pays, auront toujours été épargnés. Le LTTE ne s'en sera jamais pris de manière directe aux touristes étrangers. Le climat général et des vagues d'attentats auront toutefois mis à mal plusieurs fois l'important secteur touristique sri-lankais.

A la suite notamment d'une vague d'attentats en 2006 (à Colombo et près de Sigiriya notamment), le ministère des Affaires étrangères français avait décidé d'étendre à la région de la ville d'Anuradhapura la zone Nord jusque là déconseillée, et invitait les ressortissants français à «reconsidérer» tout projet de déplacement non essentiel au Sri Lanka. Sa position avait fortement pénalisé le tourisme srilankais pendant de longs mois. Le Sri Lanka peut désormais espérer retrouver sa fréquentation des meilleures années.




Quand et où partir

Sélectionnez un mois (+ continent et thématique en option).

Notre classement des destinations en fonction des périodes les plus favorables.

  • Retrouvez-nous sur mobile
    et tablette

youtube

Infos pratiques
Reportages
Thématiques
 
Bon à savoir
Dossiers