Partagez sur FacebookImprimez cet article

Reportage de voyage

Grande Terre, les multiples visages de la Nouvelle-Calédonie

Turquoise comme l'écrin du lagon, verte comme la parure végétale des forêts du nord, ocre comme les pistes de latérite du sud, la Grande Terre - l'île principale de la Nouvelle Calédonie - compose un livre d'images aux couleurs chatoyantes.

La Poule Couveuse de Hienghène

La Nouvelle Calédonie c'est d'abord la Grande Terre. Longue de 400 kilomètres et large de 50 à 60 kilomètres, l'île principale est bordée par un lagon, comme l'archipel des Loyauté et l'île des Pins.

Le Territoire possède d'ailleurs le plus grand - et peut-être le plus beau - lagon du monde (24.000 km2).

De la capitale Nouméa, au sud-est de la Grande Terre (lire notre article Nouméa, la belle calédonienne), une route à deux voies file vers le nord, longeant la côte ouest.

On entre bientôt dans le pays des Broussards, sa plaine et sa savane, ses cow-boys - appelés là-bas "stockmen" - et ses mineurs : la Grande Terre est riche de son sous-sol, et surtout de ses réserves de nickel.

Une route récente relie l'ouest à l'est de l'île au niveau de Koné, traversant l'intérieur de l'île et sa chaîne de montagne, épine dorsale qui fend la Grande Terre du nord au sud.

Vous voilà dans la Province Nord. Un magnifique paysage tropical recouvre le nord-est de l'île. Dans les environs de Hienghène, les points de vue sur de splendides sites naturels se succèdent, des aiguilles de Lindéralique à la Poule Couveuse découpée dans la roche calcaire.

Une route ravissante longe "la corniche calédonienne", falaise percée par de belles cascades, notamment celles de Tao et Colnett. En continuant sa route vers le nord, on emprunte le bac de Ouaième, le seul encore en fonctionnement sur l'archipel.

Préparation du bougna, le ragoût Kanak

Des cahutes le long de la route invite le visiteur à acheter un bel artisanat, flèches faîtières et statuettes en pierre à savon notamment. La forêt tropicale abrite le plus fort taux d'espèces végétales endémiques du Pacifique. On y trouve aussi un grand nombre d'espèces animales, toutes inoffensives.

Un séjour dans l'Est de la Grande Terre permet de partager le quotidien des Mélanésiens, de plonger au cœur de la culture Kanak. Le visiteur étranger est ainsi invité dès son arrivée dans un village à se rendre dans la grande case de la Chefferie pour y "faire la coutume".


Il marque ainsi son respect pour la tribu qui le reçoit en lui offrant un présent (à la libre appréciation du visiteur, le plus souvent un tissu et une petite somme d'argent).. Cette tradition mélanésienne s'accompagne de quelques échanges de paroles.

Après Nouméa et le Nord, il serait dommage de faire l'impasse sur le Grand Sud. Mettez ainsi le cap, au moins une journée, sur le parc provincial de la Rivière Bleue. Un paysage de collines vertes et rouges (fer) borde le lac artificiel de Yaté et sa forêt noyée.

Parmi les oiseaux, on y croise le corbeau calédonien, la perruche huppée d'Ouvéa et surtout le peu farouche Cagou, l'emblème de la Nouvelle-Calédonie. Kaori géant millénaire, droseras (plantes carnivores) et nombreuses espèces d'araucarias (ou «pins colonnaires»)... vous y découvrirez surtout l'étonnante biodiversité des forêts humides et du maquis minier. Une heureuse expérience avant le départ pour les îles...

© oopartir - 2014 - Vincent de Monicault - Photos VDM et Nouvelle Calédonie Tourisme



Randonnée à Koghi

Quand partir, quel budget?
Le climat de la Nouvelle-Calédonie permet de s'y rendre toute l'année, même la période d'octobre à décembre est la meilleure période. De janvier à mars, des températures moyennes (25 à 27 degrés) sont accompagnées de courtes précipitations tropicales. D'avril à novembre les températures sont plus fraîches (20 à 23 degrés).

Quel budget?
La Nouvelle Calédonie n'est pas une destination bon marché. La raréfaction de l'offre aérienne contribue notamment à sa cherté.

Rodéo à Bourail

Comment s'y rendre
Il n'existe plus - pour l'instant - de vols directs entre Paris et la Nouvelle-Calédonie. La meilleure formule est de s'y rendre avec Air Austral, soit un vol via Saint-Denis de la Réunion et Sydney sans changement d'appareil. On peut aussi passer par Tokyo ou Séoul - avec KLM via Amsterdam ou Air France depuis Paris - puis prendre un vol Air Calin jusqu'à Nouméa.

Se rendre dans les îles
Air Calédonie assure depuis l'aéroport domestique de Magenta des liaisons en ATR vers les îles Loyauté et l'île des Pins.

Louer une voiture
La meilleure manière de découvrir la Grande Terre est de louer une voiture. Eviter les catégories A (trajets sur grande terre souvent longs, pas de clim et peu de place pour les bagages).


Les conseils de la rédaction

Il est judicieux de commencer la découverte de la Nouvelle Calédonie par la Grande Terre. Les routes sont de bonne qualité et l'île se visite très facilement en voiture

On aime
La qualité de l'accueil surprend les visiteurs, notamment ceux qui connaissent certaines îles des Antilles. La gentillesse de la population de l'archipel, de même que la sécurité et la propreté, contribuent à son image de petit paradis en Europe, en Océanie et en Asie Japon et Corée du Sud - où la destination est notamment plébiscitée pour les voyages de noces.

On aime moins
La Nouvelle Calédonie, malgré tous ses atouts, ne possède pas une image suffisamment forte pour justifier une offre aérienne directe au départ de Paris. On peut ainsi regretter l'éclatement du GIE Destination Calédonie et la promotion effectuée désormais séparément par les trois provinces, le Nord, le Sud (île des Pins incluse) et les îles Loyauté.

A emporter
Le guide Evasion (Hachette) sur la Nouvelle Calédonie

Notre sélection de sites utiles
Allez consulter notamment les sites "officiels" www.nouvellecaledonietourisme-sud.com et www.iles-loyaute.com

Quand et où partir

Sélectionnez un mois (+ continent et thématique en option).

Notre classement des destinations en fonction des périodes les plus favorables.

  • Retrouvez-nous sur mobile
    et tablette

youtube

Infos pratiques
Reportages
Thématiques
 
Bon à savoir
Dossiers