Partagez sur FacebookImprimez cet article

Reportage de voyage

Océan indien : Et Dieu créa l'île Maurice....

Des plages de rêve, une nature exubérante, un sens de accueil irréprochable et des hôtels de haut niveau: l'île Maurice n'est pas par hasard la destination phare de l'Océan Indien

"Dieu créa l'île Maurice, puis le Paradis à son image": les dépliants touristiques reprennent volontiers la jolie formule de Mark Twain, l'auteur des "Aventures de Tom Sawyer".

A une dizaine d'heures de vol (de nuit) de Paris, avec son faible décalage horaire et sa population francophone, l'île Maurice est vite devenue l'une des destinations lointaines préférées des Français.

Son premier argument, c'est bien sûr la beauté de ses plages bordées de filaos et de tamariniers. Une barrière de corail protège des lagons turquoise vert émeraude. Une eau translucide s'échoue dans des petites criques de rêve ourlées de sable blanc.

Une centaine de resorts de luxe ceinture l'île, nichés au cœur de ces sanctuaires touristiques. Ces hôtels rivalisent de luxe et d'élégance. Certains proposent des villas individuelles attenantes. Le personnel est professionnel et accueillant, les activités multiples.

Les amateurs de plongée sous-marine explorent les fonds marins de Blue Bay et d'ailleurs. Les pêcheurs au gros taquinent l'espadon et le merlin bleu. Les parcours de golf ne manquent pas. Bref, le tourisme haut-de-gamme tient le haut du pavé.

Le tourisme chez l’habitant et le recours aux bus locaux permettent aussi de découvrir l’île à moindre coût. L'occasion d'apprécier à son contact l’extrême gentillesse de la population.

Dans les villes, on perçoit mieux le formidable métissage culturel de l'île. Dans les bazars, les saris dansent dans un ballet de couleurs chamarrées; la moitié de la population est d'origine indienne.

Temples, clochers, minarets... un étonnant creuset ethnique

Ecolières

Les temples, clochers et minarets soulignent un étonnant creuset ethnique, renforcé encore par le passage successif de Maurice sous domination hollandaise, française puis anglaise. Au nord-ouest de l'île, la capitale Port-Louis mérite une halte pour sa cathédrale et son pittoresque marché couvert. Au sud-est, le charme désuet de la vieille ville coloniale de Mahébourg mérite d'y consacrer davangage de temps.

D'immenses champs de canne à sucre découpent les plaines

L'un des nombreux resorts bordant l'île. Ici le Dinarobin

Profitez-en pour aller voir l'agréable Musée Naval: la seule victoire navale de Napoléon sur les anglais (la bataille du Vieux Grand Port en 1810) n'aura plus de secret pour vous, de même que le naufrage du Saint-Géran : vous replongez alors dans la fin funeste du roman de Bernardin de Saint-Pierre Paul et Virginie.

L'île Maurice s'emploie aussi à développer le tourisme vert. Avec des arguments de poids. A l'intérieur des terres, d'immenses champs de canne à sucre découpent de vastes plaines. Des plantations de thé couvrent les flancs de douces collines.

Des cascades tonnent au cœur des forêts tropicales. La nature sauvage reprend ses droits dans les montagnes du sud-est.

Parfois, au détours d'une excursion, un chemin mène à une vaste demeure coloniale cernée par une flore exubérante. Arbres du voyageur, flamboyants au rouge éclatant (surtout en décembre), hibiscus et massifs de bougainvilliers rose et mauve: les amateurs de botanique s'en donnent à cœur joie.

Ne manquez pas le bassin aux nénuphars géants du ravissant jardin botanique de Pamplemousses, l'ancienne propriété de Mahé de la Bourdonnais. Profitez-en pour aller goûter un cocktail maison au château de Montplaisir, à l'entrée du jardin. Les amoureux des oiseaux exotiques opteront aussi pour le jardin de Casela. Inutile toutefois de chercher le Dodo, l'emblème de Maurice a malheureusement disparu de la surface de l'île!

© oopartir 2015 - Texte : Pierre Marka ; photos : OT Maurice


On aime
Rodrigues, située à 560 kilomètres de l'île Maurice, est longue de 18 kilomètres et large de 8 kilomètres. Ce petit confetti d'île n'en possède pas des atouts multiples: un lagon bordant de belles plages, des criques charmantes, une nature sauvage, un cadre authentique et un cachet africain. De plus, on y apprécie la faible présence hôtelière. Parmi ceux-ci, le Cotton Bay et le Mourouk Ebony Hotel. Rodrigues est desservie chaque jour par Air Mauritius

On aime moins

Maurice fait aujourd’hui l’objet d’une surenchère en matière de nouveaux établissements hôteliers. On estime qu’il existe aujourd’hui dans les cartons une centaine de nouveaux projets à même de doubler la capacité hôtelière de l’île, de Flic-en-Flac à l’île des Cerfs, avec les conséquences qu’on devine sur les plans esthétique et environnemental.

Nénuphars géants du jardin de Pamplemousse

L'avis de la rédaction
"A Maurice le séjour constitue l’essentiel de l’offre touristique. La gamme d’hôtels est abondante et large, du 2 au 5 étoiles luxe. Les groupes Beachcomber et Sun International, très bien implantés, sont concurrencés par d’excellents établissements de charme. Le rapport qualité-prix de l’hôtellerie est excellent. L'offre aérienne fut longtemps insuffisante ; l'arrivée de Corsairfly a réglé en partie ce point faible"

Quand s'y rendre
L’île Maurice est vendue toute l’année, avec toutefois une haute saison en hiver, de Noël au mois d’avril. En été, la température moins élevée est très agréable, notamment sur la côte Ouest protégée par les Alizés.

Comment s'y rendre
Trois compagnies aériennes assurent des vols directs entre la France et l’île Maurice, Air France, Air Mauritius et Corsair. Emirates relie pour sa part Paris à Maurice via Dubaï.

Quand et où partir

Sélectionnez un mois (+ continent et thématique en option).

Notre classement des destinations en fonction des périodes les plus favorables.

  • Retrouvez-nous sur mobile
    et tablette

youtube

Infos pratiques
Reportages
Thématiques
 
Bon à savoir
Dossiers