Partagez sur FacebookImprimez cet article

Reportage de voyage

Martinique, cocktail créole sous les Tropiques

La Martinique, forte d'une offre balnéaire exceptionnelle, entend promouvoir aussi son patrimoine naturel et culturel.

La Martinique renvoie au cliché de carte postale. Eaux bleues turquoises, plages de sable blond frangées de palmiers et de bougainvilliers, l'île aux fleurs attire surtout des amateurs de farniente. La culture créole apporte une touche de dépaysement supplémentaire, avec pêle mêle ses marchés colorés, sa musique endiablée, ses fêtes animées, ses combats de coqs, son parler créole, son rite du ti-punch, l'ivresse des sens associée aux saveurs originales d'une cuisine aux influences multiples.

Fort-de-France, au regard de sa taille plutôt modeste, est une ville animée, voire même un joyeux capharnaüm aux heures de pointe. Le parc Floral ou la Savane offrent un contraste saisissant. Ne manquez pas la visite de la Cathédrale Saint-Louis et de la bibliothèque Schoelcher.

La plupart des touristes se rendent de l'autre côté de la baie de Fort-de-France, l'une des plus belles au monde. Dans le sud-ouest de l'île, des Trois Ilets à Sainte-Anne, se succèdent les anses, ces petites baies séparées par de douces collines, les mornes.

Les Salines, Anse Mitan, Anses d'Arlets, Petite Anse, tous ces noms évoquent de belles plages bordées de palmiers et de belles maisons créoles en bois peints. Sainte-Anne et Sainte-Luce s'imposent aussi comme des destinations touristiques prisées. Au Diamant, dans les lagons turquoises encerclés par la mangrove, une faune multicolore rassemble les amateurs de plongée sous-marine.

La Martinique entend exploiter aussi davantage une nature exubérante et secrète. Une offre touristique s'est ainsi développée à l'adresse des randonneurs et des sportifs (VTT, canyonning, escalade…).
Le nord de l'île, notamment, mise gros sur le tourisme vert. Depuis Fort-de-France, une belle route sinueuse et pentue - la Trace ou RN3 - vous mènera jusqu'à Morne-Rouge.

Cet itinéraire traverse de luxuriantes régions montagneuses, fend le cœur d'une forêt tropicale dense et colorée, avec ses hautes fougères arborescentes, anthuriums, balisiers, bambous et orchidées.

A Balata, ne manquez pas la belle réplique miniature de la basilique du Sacré-Cœur. Prévoyez une halte aux pitons du Carbet. Bifurquez ensuite vers Saint-Pierre. L'ancienne capitale de l'île fut rayée de la carte en trois minutes, le 8 mai 1902, par l’éruption de la montagne Pelée. Elle en porte encore de rares stigmates. Dans le musée vulcanologique, des photos et documents vous dévoilent le charme de Saint-Pierre avant la catastrophe.

Une route longe la côte jusqu'au petit village du Prêcheur. Cet itinéraire est l'un des plus beaux de Martinique, avec ses plages de sable noir nichées au cœur des criques. Une grande balade s'impose jusqu'au charmant petit port de pêche de Grand Rivière. Les plus courageux des randonneurs escaladeront la montagne Pelée, laquelle culmine à 1.397 mètres.

Cette région est aussi un paradis pour les promeneurs du dimanche. Les traces - le terme employé pour nommer une piste ou un sentier pour la randonnée - y sont nombreuses et bien balisées. Vous traverserez de charmants villages fleuries, des bananeraies, des plantations de canne à sucre et d'ananas. Vos balades vous mèneront jusqu'aux distilleries des "habitations", les demeures coloniales des anciennes sucreries.

La Martinique, forte d'un exceptionnel patrimoine naturel et culturel, a encore beaucoup à faire pour développer une offre touristique structurée autour du tourisme vert. Il y a pourtant urgence, à l'heure où les touristes de l'Hexagone - de loin les plus nombreux - plébiscitent les Caraïbes hispaniques.

@ oopartir 20014 - Texte : Pierre Marka - Photos OT de la Martinique



Quand partir, quel budget?
La meilleure période pour visiter la Martinique, c'est de décembre à avril: il y fait moins chaud et il pleut moins que le reste de l'année. De plus, on est sûr d'éviter les cyclones. On notera toutefois que les averses sont de courtes durées en été… et rafraîchissent l'atmosphère. Côté prix, les voyagistes comme Nouvelles Frontières qui contrôlent la chaîne complète du voyage - et notamment le transport aérien avec ses vols quotidiens - sont à même de proposer des prix très proches de ceux pratiqués sur les Caraïbes hispaniques.

Les conseils de la rédaction
La destination est de moins en moins saisonnière, même si les ventes des voyagistes se font surtout entre la mi-décembre et la fin avril. La grande majorité de ces ventes correspondent à des séjours, souvent de l'hébergement associé à une location de voiture. L'offre sur la Martinique est très variée. La demande d'appartements en location est en nette augmentation, notamment avec Pierre et Vacances.




On aime
La Martinique est une destination rassurante. La population parle français, le système de soin est performant. Les routes en bon état et la signalisation de qualité invitent à partir découvrir l'île en voiture.

On aime moins
Il serait faux de dire que l'accueil est exemplaire en Martinique et des cas isolés peuvent parfois ternir un séjour irréprochable. L'Office du Tourisme fournit aujourd'hui de gros efforts pour encourager la gentillesse et le sourire à l'égard des touristes, tout en expliquant les bénéfices du tourisme pour le développement économique.

Comment s'y rendre
Air France, Corsair et Air Caraïbes assurent des vols quotidiens entre Paris et Fort-de-France.


Quand et où partir

Sélectionnez un mois (+ continent et thématique en option).

Notre classement des destinations en fonction des périodes les plus favorables.

  • Retrouvez-nous sur mobile
    et tablette

youtube

Infos pratiques
Reportages
Thématiques
 
Bon à savoir
Dossiers