Partagez sur FacebookImprimez cet article

Reportage de voyage

Macao, entre fado et machines à sous

Macao est en passe de dépasser Las Vegas comme capitale mondiale du jeu. Le territoire, ancienne colonie portugaise, est aussi le lieu d’une des plus anciennes rencontres entre la Chine et l’Occident.

Vue panoramique sur Macau

Macao suit à la lettre le principe appliquée à Hong Kong, «un pays, deux systèmes».

L'ancienne enclave portugaise, fondée en 1559 par des missionnaires et marchands Portugais est en effet revenu à l'Empire du Milieu fin 1999 sous un régime spécial, à l'instar de sa riche voisine hongkongaise tout proche (70 kilomètres).

Le territoire dispose en effet d'une autonomie économique, de sa propre monnaie (le pataca, lié au dollar hongkongais). La propriété privée et la libre circulation des capitaux sont également garanties.

Macao mise depuis longtemps sur les jeux pour assurer son développement. Le film de Jean Delannoy, « Macao l'enfer du jeu » (1939), marqua longtemps l'opinion et colla une étiquette sur la péninsule.

Musée des Maisons de Taipa

Les casinos constituent plus que jamais la plus grande attraction et la source principale de revenus du territoire (ils contribuent pour plus de 40 % au PIB local).

Le gouvernement chinois, il est vrai, a décidé de garantir l'exclusivité à Macao des salles de jeux pour l'ensemble du territoire chinois.

En 2007, ils ont été 27 millions à la visiter (+ 22% sur 2006), un chiffre à comparer à celui de sa population de 530 000 habitants. La Chine, Hong Kong et Taiwan constituent les trois principaux pourvoyeurs de touristes et représentent à eux seuls 55% du total.

Le flux des parieurs de Hong Kong ne cesse jamais, profitant du service de ferrys reliant les deux villes 24 heures sur 24, tous les jours.

quai des Pêcheurs

Particularité de Macao : l'accueil de nombreux gros parieurs, préférant les tables de jeux aux machines à sous, ces dernières étant assez peu nombreuses comparées aux autres sites mondiaux de jeux.

Ce privilège a encouragé de nombreuses initiatives privées de construction de casinos et fait du territoire un véritable Las Vegas asiatique. Les ouvertures de casinos se sont succédés depuis celle du Sands en 2004. Il en existe aujourd'hui une trentaine sur le territoire. Macao a dépassé en septembre 2006 sa rivale américaine pour les sommes mises en jeu.


Temple de Kun Iam

Il serait toutefois dommage de résumer les pôles d'intérêt de Macao à ses seuls hôtels et casinos. Du milieu du XVIe siècle jusqu'à fin 1999, Macao fut un comptoir portugais doté d'un patrimoine d'une grande richesse.

Elle était à l'époque le premier point d'ancrage européen en Extrême Orient et devint un riche port marchand dont l'importance stratégique favorisa l'essor du commerce international.

Terre de métissage ethnique et culturel, Macao perpétue l'héritage des peuples portugais et chinois, mais aussi néerlandais, maure, espagnol et britannique. C'est au cœur de cette grande diversité d'ambiances et de styles que réside la richesse de Macao.

Eglise Notre Dame du Mont Carmel

D'un quartier à l'autre, le panorama change. Afin de préserver cet héritage culturel, une importante campagne de restauration des monuments historiques a conduit à l'inscription du centre historique de Macao au patrimoine mondial de l'UNESCO en 2005.

On trouve deux zones principales à Macau. D'abord son quartier central historique de Macao, le long de la voie principale de la ville, la Rua Direita, qui va de l'ancien port chinois au sud à l'ancienne ville chrétienne au nord.

On y découvre la Place Barra et son Temple A-Ma (XVe siècle) et la Rua Direita où se trouve la caserne des Maures néoclassique (1874).

Sainte Maison de la Misericorde

Place Lilau est l'un des premiers quartiers résidentiels des Portugais à Macao. La maison du Mandarin (1881), résidence traditionnelle chinoise, a appartenu à une éminente figure de littérature chinoise.

La place Saint-Augustin fut établie par des moines augustins espagnols en 1591, et conserve la tradition de la procession de Pâques. C'est ici que se trouvent l'église Saint-Augustin et l'église Saint-Laurent. Le théâtre Dom Pedro V (1860), premier théâtre à l'occidentale en Chine, est un édifice néoclassique en briques.

Quartier Saint-Lazare

L'ensemble du séminaire et de l'Eglise Saint-Joseph (1758), principale base de travail des missionnaires en Asie, est le seul exemple d'architecture baroque en Chine. La bibliothèque de Sir Robert Ho Tung (1894), riche d'une collection de livres rares, est un luxueux bâtiment occidental néoclassique, avec des intérieurs chinois et des jardins luxuriants.

La place Leal Senado est la principale place publique de la ville. Elle doit son nom au Leal Senado (1784), une structure néoclassique de deux étages.

A deux pas de là se trouve la maison sainte de la miséricorde, utilisée par une institution caritative, fondée en 1569.

La seconde zone inscrite à l'héritage mondial de l'UNESCO se situe à l'est, à environ 500m de la première zone décrite ci-dessus. Elle se compose du fort de Guia (1622-1638), située sur le mont Guia et comprenant la chapelle de Guia (1622) et le phare de Guia (1885), le plus vieux phare des mers de Chine du sud.

© oopartir - 2011 - Texte : Michel Belenet - Photo : OT Macau

 

 

Hôtellerie : Macao fait de l'ombre à Las Vegas

Le nouveau complexe géant Galaxy Macau

La frénésie de constructions est impressionnante. Macao posséde aujourd'hui près d'une centaine d'hôtels. Les grands groupes hôteliers américains ont débarqué en force. Ainsi, la réplique du Venitian de Las Vegas a été inauguré en 2007, avec ses 3 000 suites, 4 000 machines à sous, ses trente restaurants, son Palais des Doges et son pont des Soupirs, ses gondoles et ses pigeons dressés.

Relativement modeste avec ses 600 chambres et 400 tables de jeux, le futuriste Wynn a été inauguré fin 2007. Le MGM Grand Macau (600 chambres, 350 tables , 1 000 machines à sous) a pour sa part ouvert début 2008 ; la moitié des parts du nouveau complexe est détenue par la fille du milliardaire hongkongais Stanley Ho, lequel détenait le monopole du casino sur Macao jusqu'en 2001.

Macao n'en est pas resté là. Une zone de 5 km², nommée Cotai a été conquise sur la mer entre les îles de Taipa et de Coloane. Cette zone est quasi-exclusivement dédiée au jeu, avec la construction de plusieurs casinos et de grands hôtels mais également de salles de spectacles et centre de loisirs.

Infos pratiques

Formalités : passeport. Pas de visa nécessaire pour les ressortissants français
Santé : Aucun vaccin obligatoire
Monnaie : Pataca (1 pataca = 100 avos)
Indicatif téléphonique : 00 853
Electricité : 220 v (adaptateur nécessaire)
Décalage horaire/France : + 6 en été, + 7 h en hiver
Durée du vol (/Paris) : environ 12h
Langues : Portugais, Chinois (Cantonnais et Mandarin)
Office du tourisme à Paris : MGTO Représentation France, 38 rue Anatole France, 92594 Levallois-Perret Cedex ; tél : 01 41 34.21 03
Site internet "officiel" : macaotourisme.com

Quand et où partir

Sélectionnez un mois (+ continent et thématique en option).

Notre classement des destinations en fonction des périodes les plus favorables.

  • Retrouvez-nous sur mobile
    et tablette

youtube

Infos pratiques
Reportages
Thématiques
 
Bon à savoir
Dossiers